Inscrivez-vous pour recover gratuitement ma nouvelle "Journal d'un assassin", et soyez parmi les premiers à recevoir de nouvelles offres gratuites, des jeux concours pour tenter de gagner des livres d'auteurs connus, des articles, etc. .
Zapisz Zapisz Enregistrer

5 polars anti-canicule

L’esprit est plus fort que le corps et ce n’est pas Lisa, l’héroïne de mes romans, qui va me contredire. Jeune chercheuse en neurosciences, elle est la mieux placée pour vous parler du cerveau et de la manière dont on peut manipuler notre esprit (elle en donne un bon exemple dans Enfers.com, le tome 2 de ma série). Ce qu’elle vous propose ici, c’est de tromper vos sens. Une expérience de suggestion hypnotique où le narrateur d’un livre tiendra le rôle de l’hypnotiseur.

Prêts ?

Vous êtes devant votre écran de télévision et la présentatrice météo vous annonce la mauvaise nouvelle : vague de chaleur sur toute la France, 10°C au-dessus des normales saisonnières. Vous vous dites qu’elle exagère, peut-être même qu’elle se trompe après tout ce ne serait pas la première fois. Et pourtant, vous voilà écrasés par la chaleur, englués dans votre sueur, les vêtements qui collent et qui empêchent votre peau de respirer.

Vous buvez de l’eau, mais votre soif est comme un puits sans fond, sans fin. Vous avez tout essayé, les douches glacées, les douches tièdes ( que je vous conseille plutôt que les premières), le ventilateur qui tourne sans discontinuer et fait exploser la facture d’électricité, la climatisation qui vous vrille les oreilles. Que faire ?

Alors dans un ultime effort, vous tendez votre main vers un livre.  Et là, c’est la délivrance. Une voix résonne dans votre tête, et votre cerveau réagit aux mots neige, glacé, pluie battante… peu à peu, la température de votre corps baisse tandis que votre esprit voyage loin de votre salon étouffant.

Vous ne me croyez pas ? Alors, essayez de lire les extraits que j’ai spécialement choisis pour vous.

Ne résistez pas …

 

Voici donc 5 romans policiers, suspense et thrillers pour frissonner même en été.

 

1. Nuit, de Bernard Minier (éditions XO)

Le retour de Julian Hirtmann… Bernard Minier nous revient avec un thriller glaçant !

Résumé

 

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.
Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.
L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.
Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Les bâtiments de la gare étaient englués dans une carapace de neige et de glace, et les toits étaient recouverts d’édredons blancs. Un couple et une femme attendaient sur le quai — qui ressemblait à une piste de ski de fond sous les lampes jaunes.

2. Au fond de l’eau de Paula Hawkins ( éditions Sonatine)

Rien que de regarder la couverture, ça rafraîchit !

 

Résumé

 

Julia Abbott s’était juré de ne jamais remettre les pieds à Beckford, une ville où adolescente, elle venait passer l’été avec sa famille. Trop de mauvais souvenirs. Mais Nell, sa sœur à qui elle n’a pas parlé depuis des années, va en décider autrement. Lorsqu’on la retrouve morte, noyée dans la rivière de Beckford, Julia n’a pas d’autre choix que de revenir pour s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans qu’elle n’a jamais vue.

La police classe l’affaire en suicide. Nell, en effet, n’est pas la première à se jeter dans les eaux turbulentes de la rivière, ” le bassin aux noyées ” comme les gens du coin l’ont surnommée. D’autres femmes l’ont précédée. Des femmes qui ont toujours obsédé sa sœur qui, déjà adolescente, essayait de comprendre le mystère qui entourait leur mort. À défaut de trouver des réponses, elle les aurait suivies dans la rivière. Pourtant, Julia va commencer à avoir des doutes. Malgré leur éloignement, elle connaissait sa sœur. Jamais Nell n’aurait mis fin à ses jours.

Je me suis garée sur le bord de la route et j’ai coupé le moteur. J’ai levé les yeux. J’ai retrouvé les arbres, j’ai retrouvé les marches en pierre recouvertes de mousse verte que la pluie rendait toujours horriblement glissante. J’ai eu la chair de poule. je me suis souvenue de ceci : la pluie glacée frappant la route, les gyrophares bleus disputant aux éclairs le droit d’illuminer la rivière et le ciel, de petits nuages de vapeur devant des visages paniqués, et un petit garçon, pâle comme la mort, tremblant, qu’une policière aidait à gravir les marches.

 

3. Tempête blanche de Preston Child ( éditions de l’Archipel)

Un titre très prometteur. Je grelotte déjà ( de peur ou de froid ? )

 

Résumé

Colorado, 1876 : dans une mine reculée des Rocky Mountains, c’est le drame. Onze mineurs trouvent la mort, attaqués vraisemblablement par un ours. C’est en tout cas ce que laissent penser les atroces blessures qui mutilent leurs cadavres.

De nos jours, le site a bien changé et est devenu une station de ski huppée convoitée par les promoteurs. C’est justement en raison d’un projet immobilier que le cimetière où reposent les mineurs doit être déplacé. Le docteur Corrie Swanson, pathologiste, compte bien profiter des exhumations pour examiner les ossements. Ce qu’elle découvre est tout simplement incroyable et pourrait bien mettre à mal les projets d’expansion des autorités locales qui tentent de la faire taire par tous les moyens.

Heureusement, l’inspecteur Pendergast va venir à son secours. Alors que de nouveaux meurtres viennent endeuiller la station, un pyromane mettant le feu à des chalets avec leurs occupants à l’intérieur, c’est dans une nouvelle inédite du docteur Watson mettant en scène Sherlock Holmes que l’agent du FBI va découvrir l’énigme de la mort des onze mineurs. Se pourrait-il que cela ait un rapport avec les agissements du pyromane ?

 

Un épais manteau de neige alourdissait les arbres et recouvrait les toits des bâtiments aux fenêtres étoilées de givre.

 

 

4. Smilla ou l’amour de la neige de Peter Hoeg (éditions Points)

 

Alors là, on ne rigole plus question thermomètre ! L’histoire se passe au pôle Nord, en hiver…

Résumé

Smilla connaît la neige. Groenlandaise, expatriée au Danemark, elle garde de son enfance une perception aiguë et un amour incommensurable pour les paysages immaculés.

Quand le petit Esajas se tue en tombant du toit d’un immeuble, elle ne croit pas à un accident. Smilla sait lire les empreintes sur la neige : ce ne sont pas celles d’un enfant qui jouait, mais celles d’une proie qui cherchait à s’enfuir…

 

Il gèle, un extraordinaire – 18 °C; il neige et, dans la langue qui n’est plus la mienne, cette neige est qanik — de gros cristaux planent presque en apesanteur, s’amoncellent sur le sol et le recouvrent d’une couche de gelée blanche et poudreuse.

 

 

 

5. Te laisser partir de Claire Mackintosch (éditions le Livre de poche)

Quand on est écrasé par la chaleur, quoi de mieux que de lire une histoire où il pleut sans discontinuer. Le rêve ! Une bonne pluie d’automne, le genre qui vous glace les os. On en redemande !

Résumé

 

Un soir de pluie à Bristol, un petit garçon est renversé par un chauffard qui prend la fuite. L’enquête démarre, mais atteint rapidement son point mort. Le capitaine Ray Stevens et son équipe n’ont aucune piste. Rien.

Après cette nuit tragique, Jenna a tout quitté et trouvé refuge au pays de Galles, dans un cottage battu par les vents. Mais plus d’un an après les faits, Kate, une inspectrice de la criminelle, rouvre le dossier du délit de fuite.

Et si l’instant qui a détruit tant de vies n’était pas le fait du hasard  ?

Le vent rabat ses cheveux mouillés sur son visage et elle plisse les yeux pour se protéger de la pluie. Par ce temps, tous sont pressés et filent à vive allure sur les trottoirs glissants, le menton enfoui dans le col.

 

 

 

Et pour conclure

À défaut de frissonner de froid, j’espère que vous frissonnerez de plaisir en lisant ces très bons romans policiers.

Pas de commentaire pour l’instant.

Qu’en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *